5.1.2 Bloqué dans sa voiture

Bloqué sur une route en hiver

Gérer la situation

Deux cas de figure mais une seule conduite à tenir générale : rester dans son véhicule. En effet votre voiture est bien plus protectrice face au froid et au vent que toute autre solution. L’adage « ne quittez jamais votre véhicule » peut faire la différence entre une situation inconfortable et une situation dangereuse. Ne tentez pas non plus le hors piste avec votre 4×4 flambant neuf, il risque de vous décevoir. Restez donc toujours à proximité de la route et de tout ce qu’elle a de connu.

Vous êtes bloqués sur une route fréquentée

Vous serez certainement bloqué par les autres conducteurs (souvenez vous que pour eux les autres conducteurs, c’est vous). Dans ce cas, peu de choses à faire, sinon suivre les consignes et s’entre-aider.

  • Garer vous en faisant attention à ne pas être une gène pour les secours éventuels et si possible les véhicules de déneigement ou de salage
  • Garer vous en laissant la place pour des véhicules qui restent roulant (certains 4×4 et certaines voitures mieux équipée)
  • Laissez toujours un espace suffisant avec le véhicule de devant, ceci devant permettre un manoeuvre, un dépannage si nécessaire
  • N’encombrez pas la bande d’arrêt d’urgence (sur route et voies rapides)
  • Evitez l’abandon de votre véhicule à moins que vous n’y soyez invité par les autorités présentes
  • Laissez autant que possible votre numéro de téléphone visible si vous devez laisser votre véhicule (pour vous rendre vers un centre d’hébergement par exemple)
  • Sur une route à deux voies, essayez de ménager au moins une 3e voie centrale (ou latérale) pour les véhicules de secours

Pour le reste respectez les consignes ci-dessous, qui s’appliquent malgré tout.

Vous êtes bloqué sur une route peu fréquentée ou isolée

Dans ce dernier cas, il convient de :

Prendre une décision

Arrêtez-vous près d’un endroit qui sera le plus adapté possible, c’est à dire un endroit qui vous offre le plus de ressources disponibles.
C’est le moment d’utiliser éventuellement vos équipements spéciaux, non pas de manière à poursuivre votre voyage s’il est long, mais plus simplement à rejoindre une zone plus adaptée. Ne poursuivez pas au delà du raisonnable votre déplacement. Vous avez donc un choix à faire avant d’être complètement bloqué, vous arrêter en ville (ou village), dans une station service, sur une aire d’autoroute accueillante, dans une zone de sortie réservée au secours (sans l’encombrer), au pire une zone d’arrêt sur autoroute avec une borne d’appel d’urgence ou sous un ouvrage d’art (traduire un pont). Pour ce qui est des routes secondaires : l’entrée d’un champ, un parking, une voie de dégagement, une zone aménagée, près d’une borne d’appel d’urgence. Souvenez vous qu’il convient de ne pas bloquer la circulation ou le passage des engins de déneigement ou de secours, rester au milieu de la route doit être une décision de dernière intention, lorsque plus rien d’autre n’est possible.

Ne vous placez jamais sous des arbres, les lignes électriques, les poteaux et candélabres, le risque de chute est réel. Se placer à proximité d’un bois est par contre un moyen éventuel de faire du feu.

Avertir, signaler

Faites le point de vos réelles urgences et de votre préparation. Vérifiez que vos passagers ne sont pas eux en difficultés (pensez aux traitements médicaux, aux enfants)

Déterminez votre position le plus précisément possible (avec votre GPS portable ou de voiture, votre téléphone portable)

Appelez les secours systématiquement en faisant le 17 (gendarmerie ou police) ou le 112 (pompiers dans la plupart des départements), donnez votre position exacte (ou la plus exacte possible) et indiquez vos possibilités en durée. Donnez une indication d’un éventuel contact ultérieur. Indiquez vos urgences éventuelles – « j’ai de quoi tenir jusqu’à demain matin, je vous rappelle demain à 9 heures, mais j’aurais besoin de secours au delà, je transporte un bébé de 8 mois ». Si vous n’arrivez pas à les joindre, utilisez éventuellement d’autres moyens de communication (radio PMR, CB, etc. – voir plus loin)

Mettez une signalisation visible en hauteur : un de vos triangles de signalisation sur le toit, un de vos gilets jaunes attaché à une antenne, un de vos triangles ou gilets attaché à une perche en hauteur. Ceci devrait permettre de localisez plus facilement votre véhicule, et de le rendre plus visible pour d’éventuels engins de déneigement qui vous rejoindraient.

Twingo-Triangle.pngNeige-Gilet-Jaune-Voiture.png

 

Quelques règles de sécurité

  • Ne pas s’éloigner du véhicule (impératif en zone isolée) car la neige qui tombe, le paysage enneigé, la nuit, peuvent désorienter facilement une personne
  • Faire tourner le moteur toutes les heures environ pour 5 à 15 minutes à chaque fois de manière à maintenir le véhicule en état de repartir ou d’utiliser ses feux de détresse, ceci vous permet de recharger aussi votre téléphone portable.
  • Faire attention au monoxyde de carbone (CO) en vérifiant l’évacuation des gaz d’échappement. Libérer les sorties d’échappement et vérifiez les régulièrement si la neige tombe.
  • Pas de feu à proximité immédiate du véhicule, pas de feu dans le véhicule (ne pas fumer non plus, enfin si possible), aucun feu sans surveillance.
  • Aérer le véhicule de temps en temps
  • Envisager le pire, en clair attendre quelques heures avant de commencer à consommer vos aliments, et votre eau potable, imaginez toujours rester bloqué 2 jours
  • Ne jamais consommer de neige fraiche pour s’hydrater. En priorité, la faire fondre et si possible la désinfecter à l’aide de comprimés ou d’un filtre adapté, en effet celle-ci peut être polluée ou contaminé par les déjections animales, même sur le bord d’une route. Qui plus est la neige froide aggrave le refroidissement potentiel et n’est donc pas du tout conseillé pour une nuit froide.

Toute personne qui s’éloigne du véhicule devra idéalement être munie d’une lampe et si elle se sent perdue, ne plus bouger et appeler. Une corde peut être utilisée si le temps est très mauvais et que la sortie est motivée par des besoins naturels impérieux. Le port d’un gilet jaune peut être une bonne solution.

S’organiser pour bivouaquer

Organisez tout de suite avec vos passagers éventuels, votre fonctionnement pour les heures à venir.

  • Organisez l’habitacle, rendez accessible ce qui doit l’être
  • Rappelez les consignes de sécurité ci-dessus
  • Vérifiez et mesurez ce dont vous disposez, nourriture, eau potable immédiatement disponible, couvertures, éclairage, téléphones et radio.
  • Organisez votre zone vie, vous aurez, vos passagers aussi, besoin de toilettes, d’un endroit pour s’assoir, même à l’extérieur
  • Si vous êtes plusieurs, faites l’économie de vos batteries de téléphone, en ne gardant allumé que le stricte nécessaire (1 téléphone ?). Si vous êtes seuls, prévoyez plutôt des rendez-vous de contact avec vos proches ou à défaut la gendarmerie ce qui vous permet d’éteindre votre téléphone et de préserver ses batteries. Rechargé le si vous pouvez chaque fois que vous allumez votre moteur. Garder votre téléphone sur vous, le froid réduit la durée de vie de vos batteries, il sera donc mieux au chaud.
  • Organisez le couchage en optimisant la chaleur et les couvertures : pensez par exemple à faire dormir des enfants ensemble, voire des adultes, ils se tiendront chaud sous une même couverture.
  • Si votre kit est complet, distribuez une couverture de survie à chacun (sauf aux enfants, que vous essayez de regrouper systématiquement sous une même couverture ou bien avec vous) et optimiser vos couvertures polaire ou laine, vos duvets éventuellement par banquette. Sinon utilisez les vêtements disponibles.
  • Prévoyez de vous réveiller régulièrement pour faire tourner le moteur de la voiture (1H30 est plus proche d’un cycle de sommeil, pour ce que cela vaut), essayez donc de mettre une alarme, sur votre montre, votre portable, sur 30 mn, 1 heure, 1 H30 en fonction de vos besoin.
  • Hydratez vous régulièrement, le froid n’est pas moins dangereux que la chaleur, et la déshydratation est toujours possible, pensez aux enfants
  • Si vous en avez les moyens, absorbez une boisson chaude et sucrée toutes le 3 ou 4 heures (ne faites pas bruler votre voiture, utilisez donc votre réchaud prudemment)
  • Consommez votre alimentation modérément et toujours avec de l’eau (il vaut mieux réduire les apports alimentaires si vous n’avez pas d’eau) – adaptez vous aussi à la durée de l’évenement.
  • Ecoutez la radio régulièrement sur une fréquence informative, et locale, adaptez votre fonctionnement aux informations entendues
  • Tester régulièrement les fréquences de vos émetteurs radio si vous en avez (PMR 446 sur scan ou canal 8.08 CTSS, canal 9 en CB)

Il n’existe pas de cas connus (autant que je sache) en Europe ou au Etats Unis, de conducteurs qui soit resté sans secours plus de quelques heures, ou bien de routes qui ne redeviennent pas praticables en quelques heures ou quelques jours.

Il s’agit donc plus d’une situation d’inconfort dangereux, qu’une réelle situation de danger. Ce n’est pas le cas toutefois des personnes qui quittent leurs véhicule, et les journaux rapportent régulièrement des cas de décès de personnes parties à pied dans le froid et la neige (voir sur ce site les liens du chapitre 1.5) et une recherche sur la presse canadienne ou américaine, pays de climats moins cléments devrait vous convaincre que cela est malheureusement possible.

Se faire remarquer

Dans le cas où un véhicule passe à proximité utilisez vos lampes pour vous signaler. Idem pour les hélicoptères

Sachez vous faire repérer d’un hélicoptère et signaler votre besoin de secours (voir signalisation hélicoptère)

Essayer de disposer d’une source de chaleur, de plus en plus d’hélicoptère disposent de caméras thermique, votre petite bougie, votre feux, sera immédiatement repéré de nuit (voire de jour), en théorie votre seule présence suffit, mais une source de chaleur à 600° est mieux qu’un phare en pleine mer.

Soyez prêt éventuellement à suivre un véhicule qui pourrait vous ouvrir la route et vous assister (4×4, saleuse ou chasse neige, tracteur), utilisez si besoin une élingue, une sangle adapté à la masse de votre véhicule (voir kit voiture hiver)

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *